art et essai recherche montpellier
f

Tous nos films sont en V.O. sous titrée français

L'Usine de rien

Pedro Pinho
A Fábrica de Nada
Portugal
2017
2h57
Carla Galvão, Dinis Gomes, Américo Silva…
Quinzaine des réalisateurs – Cannes 2017

Licenciés, des ouvriers se sont retrouvés devant une caméra, jouant leur rôle dans une usine portugaise d’ascenseurs menacée de délocalisation et, dès lors, occupée par les travailleurs ! Ils s’accrochent à leurs postes au lieu de prendre des primes pour disparaître. Comme les machines sont à l’arrêt, le travail continue sans produire quoi que ce soit. Le rien que produit l’usine devient néant incommensurable dans une réflexion sur l’absurdité de tout le système capitaliste. Le cinéaste s'inspire d'Alain Guiraudie ("Ce vieux rêve qui bouge"), Miguel Gomes ("Ce cher mois d’août"), Mariana Otero ("Entre nos mains"), ." Ce film hybride fascinant est en mutation permanente : chronique sociale, comédie musicale, romance avec des ingrédients de thriller et essai documentaire, "L’usine de rien" déstructure le récit avec une audace déconcertante. Comme ses protagonistes, le film cherche continuellement sa forme adéquate. Cette Usine de rien touche parce qu’elle renvoie à la complexité d’une Europe confrontée à la mondialisation. Elle parle portugais, français, anglais, parsème la réflexion d’une rage et d’une révolte libératrices. Ce long-métrage collectif est un film free jazz : il se nourrit d’une mélodie où s’immiscent dissonances et improvisations, portée par des voix de résistance nécessaires, exhortant à repenser le monde. D’après M. Melinard, L’Humanité