art et essai recherche montpellier
f

Edito 294

télécharger le mag
l'édito: 

Ça y est c’est bientôt là tout près ! L’élection Présidentielle Française ! The famous one ! Voilà un an que les médias nous serinent avec des c’est kikivaseprésenter puis des c’est kikivagagner et que l’on bouffe du faux débat. C’était donc aussi le moment, même si le film est encore en chantier, d’accueillir nos amis pieds nickelés Pierre Carles et Philippe Lespinasse autour de leur nouveau projet complètement farfelu de suivre le candidat le plus atypique de la campagne présidentielle, Jean Lassalle le berger des Pyrénées. Une soirée détente qui s’annonce franchement rigolote deux jours avant le premier tour ! Des films accompagnés d’échanges citoyens il y en aura tout au long de ce magazine avec pour thèmes la réinsertion, l’éducation et la pédagogie Montessori, l’habitat participatif ou encore le cinéma d’auteur. Pas moins de 52 films sur 4 semaines et toujours de belles découvertes « Les Initiés »,
« Album de Famille », des petites perles comme « A voix haute », « Aurore », « Je danserai si je veux », « De toutes mes forces », du frisson, de l’action et de la politique avec « L’homme aux mille visages », « Tunnel », « La Colère d’un homme patient » etc. Alors comme d’hab’ n’hésitez pas à venir au diago pour vous divertir et vous ressourcer ! Et puis quoiqu’il advienne, " le cinéma d’été : Le Diago en Plein Air ! " aura aussi lieu cette année chez nos amis de humain Trop humain du 6 au 9 juillet. A noter sur vos agendas !

A bientôt,

Noémie

La chasse à la Palme d’Or est ouverte

Avec un ancien vainqueur, 14 réalisateurs de retour à ce niveau, cinq nouveaux et 11 cinéastes européens, la compétition cannoise s'annonce palpitante. "Long, tendu, intense". Tels sont les mots employés par le délégué général Thierry Frémaux (flanqué du président Pierre Lescure) pour qualifier le processus ayant abouti aux 18 titres (pour l'instant) en course pour la Palme d'Or du 70e Festival de Cannes (du 17 au 28 mai) dont la sélection officielle a été dévoilée ce midi à Paris au terme d'un suspense rarement atteint. "Les films sont arrivés tardivement" a poursuivi le sélectionneur qui a aussi souligné que le reproche souvent fait au festival de présenter beaucoup d'"abonnés" était finalement relatif car il n'est pas facile de trouver des films au niveau d'une compétition cannoise quand beaucoup de grands cinéastes ne sont pas disponibles. Ce qui n'empêche pas la plus belle vitrine du cinéma mondial d'être une nouvelle fois très attractive avec son lot de valeurs très sûres et quelques surprises. En compétition brillent un ancien vainqueur avec l'Autrichien Michael Haneke (Palme d'Or en 2009 et 2012, prix de la mise en scène en 2005, Grand Prix en 2001 - 7e participation) et six cinéastes déjà primés (directement ou via leurs interprètes) sur la grande scène cannoise du Théâtre Lumière : la Japonaise Naomi Kawase (4e ), le Russe Andreï Zviaguintsev (3e), l'Américain Todd Haynes (3e), le Français Michel Hazanavicius (3e), le Grec Yorgos Lanthimos (2e) et l'Allemand Fatih Akin (2e). Sont aussi de retour dans la chasse à la Palme le Coréen Hong Sang-soo (4e), pour la troisième fois le Hongrois Kornél Mundruczó, l'Ukrainien Sergeï Loznitsa, et les Français Jacques Doillon (sélectionné 33 ans après sa dernière apparition à ce niveau) et François Ozon, et pour la seconde fois l'Américaine Sofia Coppola et l'Ecossaise Lynne Ramsay. Débutent à ce niveau le Français Robin Campillo, le Coréen Bong Joon-ho, et trois Américains : Noah Baumbach et les frères Ben et Joshua Safdie. Avec une Ecossaise (Ramsay), quatre Français (Hazanavicius, Ozon, Doillon et Campillo), un Autrichien (Haneke), un Allemand (Akin), un Grec (Lanthimos), un Hongrois (Mundruczó), un Russe (Zvyagintsev) et un Ukrainien (Loznitsa), l'Europe domine le tableau avec 11 films en course. Les Etats-Unis miseront sur quatre titres (Coppola, Haynes, Noah Baumbach et les frères Safdie) tandis que l'Asie compte trois représentants (la Japonaise Kawase et les Coréens Hong Sang-soo et Bong Joon-ho). Le reste du monde est en revanche absent, en particulier l'Amérique du Sud, mais l'affaire est à suivre car la liste des compétiteurs sera complétée dans les semaines à venir, probablement par un ou deux titres. A signaler également cette année la présence de trois réalisatrices dans la course à la récompense suprême et l'adoubement cannois de Netflix avec deux titres en lice (signés Bong Joon-ho et Noah Baumbach). Alors que le Festival sera ouvert hors compétition par Les Fantômes d'Ismaël du Français Arnaud Desplechin,le reste de la Sélection Officielle (qui totalise pour l'instant 49 longs métrages, dont 12 de réalisatrices et 9 premiers films) regorge de pépites. Parmi elles, on peut mentionner hors compétition des films de John Cameron Mitchell, Takashi Miike et du duo Agnès Varda - JR, des séances spéciale incluant un autre film de Hong Sang-soo (La Caméra de Claire avec Isabelle Huppert en tête d'affiche), et des documentaires signés Al Gore, Claude Lanzmann, Raymond Depardon et Vanessa Redgrave, une installation-exposition pour un court métrage en réalité virtuelle d'Alejandro González Iñarritu, la dernière oeuvre du regretté Abbas Kiarostami et des séries avec l'intégrale de Top of the Lake : China Girl de Jane Campion et les deux premiers épisodes de la suite du mythique Twin Peaks de David Lynch. Le tout sans oublier une sélection Un Certain Regard de haute tenue (16 longs pour l'instant, dont des films de Laurent Cantet, Kiyoshi Kurosawa, Mathieu Amalric, Michel Franco) pour une édition cannoise anniversaire qui sera placée sous le signe des festivités.

Les titres de la Sélection officielle du 70° Festival de Cannes:

Compétition :

Les Fantômes d'Ismaël - Arnaud Desplechin (film d'ouverture)
The Meyerowitz Stories - Noah Baumbach
In the Fade - Fatih Akin
Okja - Bong Joon-ho
120 battements par minute - Robin Campillo
Les Proies - Sofia Coppola
Rodin - Jacques Doillon
Happy End - Michael Haneke
Wonderstruck - Todd Haynes
Le Redoutable - Michel Hazanavicius
The Day After (Geu-hu) - Hong Sang-soo
Radiance (Hikari) - Naomi Kawase
Mise à mort du cerf sacré - Yorgos Lanthimos
A Gentle Creature - Sergei Loznitsa
Jupiter's Moon - Kornél Mundruczó
L'Amant double - François Ozon
You Were Never Really Here - Lynne Ramsay
Good Time - Benny & Josh Safdie
Loveless - Andreï Zviaguintsev

Hors compétition :

How to Talk to Girls at Parties - John Cameron Mitchell
Blade of the Immortal - Takashi Miike
Visages, villages - Agnès Varda, JR

Séances spéciales :

An Inconvenient Sequel - Bonni Cohen, John Shenk
12 Jours - Raymond Depardon
They - Anahita Ghazvinizadeh
Promised Land - Eugene Jarecki
Napalm - Claude Lanzmann
Sea Sorrow - Vanessa Redgrave
Demons in Paradise - Jude Ratman
La Caméra de Claire (Keul-le-eo-ui ka-me-la) - Hong Sang-soo

Séances spéciales - Evénements:

Top of the Lake: China Girl - Jane Campion, Ariel Kleiman (série TV)
Carne y arena - Alejandro González Iñárritu (realité virtuelle - installation)
Twin Peaks - David Lynch (série TV)
24 Frames - Abbas Kiarostami
Come Swim - Kristen Stewart (court-métrage)

Séances de minuit :

The Villainess (Ak-nyeo) - Jung Byung-Gil
The Merciless (Bulhandang) - Byun Sung-Hyun
Prayer Before Dawn - Jean-Stéphane Sauvaire

L’homme aux mille visages sacré à Nantes

Le film d'Alberto Rodríguez a remporté le Prix Jules Verne du 27è Festival du Cinéma Espagnol. Mention spéciale pour Que Dios Nos Perdone, Prix du public pour Kiki, el amor se hace. Un film très abouti sur tous les plans, très élégant, subtil, complexe, courageux et qui aborde sans détour une question qui résonne avec force dans notre présent : celle de la corruption, de la cupidité et de la totale absence d’éthique de certains hommes de pouvoir dans une société qui vacille". Telle est la motivation du jury (présidé par la romancière Lydie Salvayre) qui a attribué le Prix Jules Verne du 27è Festival du Cinéma Espagnol de Nantes à 
L’homme aux mille visages d'Alberto Rodríguez. Le film, qui avait déjà remporté notamment le prix du meilleur acteur à San Sebastian, sera distribué en France par Ad Vitam le 12 avril. Du 22 mars au 2 avril, le 27ème Festival du Cinéma Espagnol de Nantes a présenté 70 films inédits en France, a rendu hommage à l'actrice Emma Suárez et a proposé entre autres un cycle "Film noir et Cinéma policier" parrainé par le réalisateur Enrique Urbizu.